X

Laissez nous vos coordonnées nous vous rappelons gratuitement :

Linkedin Linkedin

Réparation du préjudice moral

LA RÉPARATION DU PRÉJUDICE MORAL D’UN ENFANT NÉ ORPHELIN DE PÈRE

La Cour de Cassation vient de confirmer dans un arrêt du 10 novembre 2020 qu’un enfant qui est né après le décès accidentel de son père peut obtenir réparation du préjudice que lui cause ce décès.

En l’espèce, un homme est décédé des suites d’un accident de la circulation alors que sa compagne était enceinte.

Cette dernière accouchera 1 mois et 7 jours après le décès du père de l’enfant.

La conductrice ayant causé l’accident mortel a été condamnée par les juges à réparer le préjudice moral subi par l’enfant à hauteur de 10 000 €.

La compagnie d’assurance de la conductrice va alors former un pourvoi en cassation qui sera rejeté par la Cour au motif que le décès du père était postérieur à la conception de l’enfant et que ce dernier souffrirait « toute sa vie de l’absence définitive de son père qu’il ne connaîtrait jamais ».

Par cette décision, la Cour de Cassation confirme une décision qui avait déjà été prise par la deuxième Chambre civile le 14 décembre 2017 selon laquelle « dès sa naissance, l’enfant peut demander réparation du préjudice résultant du décès accidentel de son père survenu alors qu’il était conçu ».

Conformément à la législation relative à la protection des données, nous vous informons que ce site utilise des cookies à des fins publicitaires. En cliquant sur le bouton 'Accepter', vous autorisez les services tiers que nous utilisons à éventuellement déposer un ou plusieurs cookies sur votre ordinateur. Pour en savoir plus, consultez nos mentions légales